Covid-19 : les aides à l’embauche prolongées jusque fin mai

Afin de compenser les effets délétères de la crise économique sur le marché de l'emploi, qui touche notamment les travailleurs les plus jeunes et les moins qualifiés, les pouvoirs publics avaient créé plusieurs aides financières à l'embauche pendant l'été 2020. Au vu de la situation sanitaire dégradée qui perdure, un décret récent vient de prolonger exceptionnellement ces aides pour quelques mois supplémentaires.

Aide embauche

Une prolongation des aides financières à l’embauche des jeunes

La crise sanitaire et les confinements répétés de la population ont causé un préjudice important aux jeunes en sortie d’étude et en cours de recherche d’emploi. Les embauches, en effet, ont été gelées dans un grand nombre d’entreprises, quand d’autres se sont même engagées dans des plans de sauvegarde de l’emploi qui privilégient souvent le licenciement économique des derniers arrivés.

Au vu de ce contexte peu favorable, les autorités publiques ont créé deux dispositifs d’incitation financière à l’embauche, en vigueur depuis le 1er août 2020 :

  • une aide générale à l’embauche des jeunes de moins de 26 ans en CDI ou CDD ;
  • une aide à l’embauche d’emplois francs, d’apprentis et de salariés en contrat de professionnalisation.

Quelle aide pour embaucher un jeune de moins de 26 ans ?

La prime à l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans reste d’un montant maximal de 4 000 €. Le décret n° 2021-363 du 31 mars 2021 confirme la prolongation de cette aide jusqu’au 31 mai 2021, alors même qu’elle était censée s’éteindre fin mars. Elle peut s’appliquer à un recrutement :

  • en contrat de travail à durée indéterminée (CDI) ;
  • ou en contrat de travail à durée déterminée (CDD) d’une durée d’au moins trois mois.

Elle peut uniquement concerner les jeunes salariés dont la rémunération brute horaire :

  • est inférieure ou égale à 2 fois le montant horaire du SMIC (soit 20,50 € brut) concernant les contrats de travail conclus entre le 1er août 2020 et le 31 mars 2021 ;
  • est inférieure ou égale à 1,6 fois le montant horaire du SMIC (soit 16,40 € brut) concernant les contrats de travail conclus entre le 1er avril et le 31 mai 2021.

Pour bénéficier de l’aide, l’employeur doit soumettre une demande sur le site de l’Agence de services et de paiement (ASP) dans les quatre mois qui suivent la date d’embauche et de prise de fonction effective du salarié.

Quelle aide pour un jeune en alternance ?

L’aide pour l’embauche d’un salarié en alternance peut atteindre un montant maximal de 5 000 € pour un jeune de moins de 18 ans, et jusqu’à 8 000 € pour le recrutement d’un jeune majeur. Ce dispositif, contrairement au précédent, fait l’objet d’une prolongation jusqu’à la fin de l’année, soit jusqu’au 31 décembre 2021.

Sont notamment éligibles :

  • les contrats d’apprentissage préparant un diplôme de niveau Bac+2 à Master, ou dès le CAP concernant les contrats conclus dans les entreprises de moins de 250 salariés ;
  • les contrats de professionnalisation conclus avec un jeune de moins de 30 ans pour préparer un diplôme allant du CAP au Master.

L’aide est automatiquement attribuée en cas d’embauche. Il suffit à l’employeur de transmettre comme d’habitude le contrat auprès de son OPCO (opérateur de compétences), dans les 5 jours qui suivent la prise de fonctions.