Dossier spécial

Covid-19

Déclaré pandémie mondiale par l’OMS le 11 mars 2020, le coronavirus SARS-CoV-2 ou « Covid-19 » a eu un impact profond sur l’économie et le monde du travail, y compris en France. Les mesures de restriction des déplacements et de protection sanitaire ont notamment entraîné un arrêt ou un ralentissement d’activité pour de nombreuses entreprises, et ont été compensées par un ensemble d’aides publiques.

Quelles restrictions pendant l’épidémie de Covid-19 ?

En une année, les entreprises ont notamment été confrontées à trois périodes successives de confinement sanitaire impliquant soit une mise en arrêt de l’activité, soit un recours massif au télétravail :

  • un premier confinement du 17 mars 2020 au 11 mai 2020, soit près de deux mois ;
  • un deuxième confinement du 30 octobre 2020 au 15 décembre 2020 ;
  • un troisième confinement du 3 avril au 3 mai 2021.

Ces périodes de confinement, complétées par d’autres périodes pendant lesquelles un couvre-feu s’appliquait la nuit, ont entraîné des mesures de fermeture administrative pour de nombreux commerces et établissements recevant du public.

Covid-19 : quelles mesures de soutien à l’économie ?

Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, les autorités publiques ont introduit et prolongé à plusieurs reprises de nombreux dispositifs dérogatoires, destinés à limiter les difficultés économiques rencontrées par les entreprises. Il est notamment possible de citer :

  • une bonification de l’indemnité d’activité partielle remboursée par l’État aux employeurs contraint de mettre tout ou partie de leur personnel au chômage technique ;
  • la création d’un régime d’activité partielle longue durée (APLD) pour les entreprises les plus durement touchées ;
  • l’octroi de prêts garantis par l’État (PGE) ;
  • la mise en œuvre d’un fonds de solidarité destiné à compenser les pertes de chiffre d’affaires des entreprises faisant l’objet d’une mesure de fermeture administrative ou d’une forte baisse d’activité ;
  • la création d’une nouvelle « aide coûts fixes » pour prendre en charge une partie de l’excédent brut d’exploitation « coûts fixes » des entreprises ;

Benefiz a assuré un suivi minutieux de l’actualité du Covid-19 dans le monde du travail depuis le début de la crise sanitaire et vous propose un condensé des mesures dérogatoires en vigueur.